Discussions et consultations acheter viagra au plus haut niveau acheter cialis sur des sujets acheter levitra urgents et au bon moment acheter priligy dans les salles et les classes

Test : mission président

0

Nous vous en parlions il y a quelque temps, et Mission President : geopolitical simulator, est sorti le mois dernier.

Devant l’avalanche des critiques assassines venues de la presse spécialisée, j’ai saisi mon PC par la plume pour vous soumettre à mon tour un avis. Tout d’abord, et pour ceux qui auraient manqué le premier épisode, les développeurs d’Eversim nous assuraient depuis pas mal de temps, à grand renfort de communiqués de presse, que leur Mission President serait à coup sûr le plus «insérez plein de synonymes de merveilleux » serious-game de tous les temps. Et à lire le cahier des charges, on avait sacrément envie de les croire. Le jeu vous propose d’incarner un président fraîchement élu d’un des 160 pays disponibles.

Actualité oblige, je me suis installé à l’Elysée (on notera d’ailleurs les silhouettes de deux candidats aisément reconnaissable sur la pochette du jeu). En poste, on croule littéralement sous les options. Les possibilités d’actions sont impressionnantes, et ce, dans tous les domaines : militaire, fiscal, social… On peut même faire assassiner sa femme par les services secrets, si ça c’est pas le grand luxe! A peu près au même moment, on se rend compte des premières aberrations du soft, notamment en terme de géographie : Doullens capitale de la Picardie, ça la fout mal pour des développeurs français.

Là où ça devient ubuesque, si ce n’est complètement surréaliste, c’est lorsqu’on prend nos premières décisions. Doux Prince, je parviens (après avoir corrompu le chef du groupe parlementaire de la gauche) à faire baisser d’un point la TVA. Un message m’annonce alors que plus de 500 000 chasseurs manifestent dans Paris pour défendre leur pouvoir d’achat contre ma mesure ! Je décide alors d’augmenter doucement l’ISF, et les chasseurs sont cette fois 700 000 (oui ça fait très peur) à défiler, accompagnés d’un sitting pacifique d’un demi million d’intermittents du spectacle en colère. Excédé j’envoie l’armée disperser les manifestants, ma popularité chute à 0 et je quitte le jeu avec la ferme intention d’appeler 60 Millions de Consommateurs. Vous l’aurez compris, Mission President avait de quoi faire un très grand jeu, mais ne gagne que le prix du plus grand gâchis de l’année. Espérons qu’un énorme patch parviendra à corriger le gros des aberrations et à me faire ravaler un peu de mon amertume.

Equipe Serious Game Blog

Leave A Reply

quis dolor dolor. Aliquam dictum libero. quis,